Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 Aedan • and the wind in your wings blow them out

Aller en bas 
AuteurMessage
Aedan W. Hennessy

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 29
VIP : 0
Date d'inscription : 12/03/2009
Age : 26
Nationalité : Irlandais
Pêché Capital : La Colère
Groupe : u.c
Musique : Matthew Good Band • Weapon

MessageSujet: Aedan • and the wind in your wings blow them out   Jeu 12 Mar - 23:27

« Identité »
    Nom; Hennessy
    Prénom; Aedan William
    Âge; 16 ans.
    Année; Sixième année.
    Nationalité; Irlandais.
    Orientation Sexuelle; Homosexuel.
    Sang; Sang mêlé, sa mère étant née moldu.



« Monde magique »

    Maison souhaitée; Serdaigle sans doute, lui conviendrait à merveille. Les aigles l'ont toujours fait rêver et son amour du travail bien fait ont fini de le convaincre. Et puis, il se sait trop lâche pour intégrer la maison des gryffondors.
    Baguette; Aedan possède une baguette d'If, illustrant l'éternité et la continuité du cycle de la vie, reliant mort et renaissance. A l'intérieur se terre un nerf de coeur de dragon.
    Forme du Patronus; Une hermine.
    Forme de l'Epouvantard; Pour cela, il a le choix. Non pas qu'il ait peur de tout, mais il est assez méfiant pour ne jamais être rassuré en présence d'êtres ou de choses qu'il ne connaît pas bien. Toutefois, la première fois qu'un épouvantard est sorti de son placard, il avait 13 ans et curieusement... il a pris la forme de celle qui fut comme sa soeur : Aislinn.
    Animal de Compagnie; Il n'en possède aucun, grand bien lui fasse.
    Métier Envisagé; Un métier ? Ne serait-ce pas encore trop loin... aurors peut-être ? Il a en tous les cas les capacités et l'ambition pour, lui semble-t-il.



Dernière édition par Aedan W. Hennessy le Sam 14 Mar - 2:06, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedan W. Hennessy

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 29
VIP : 0
Date d'inscription : 12/03/2009
Age : 26
Nationalité : Irlandais
Pêché Capital : La Colère
Groupe : u.c
Musique : Matthew Good Band • Weapon

MessageSujet: Re: Aedan • and the wind in your wings blow them out   Jeu 12 Mar - 23:27

« The strange days have come and you’re gone »
@mathew good band - strange days


    « Dégage » voilà tous les mots d’amour qu’était prêt à lui envoyer son frère aîné, son frère si fier. Lui et Aedan avait 8 ans de différence d’âge : le premier était désiré, l’autre était un accident. Mais on avait accepté cet aléa de la vie, comme on acceptait la mort de son animal de compagnie. Pour une fois, le benjamin de la famille était loin d’être le préféré. Mère, père et frère. Tous, il lui demandait gentiment de s’éloigner car ils étaient toujours bien trop occupés. Mais à 6 ans, on était toujours un peu trop curieux. Il voulait décidément savoir pourquoi on le tenait toujours à l’écart de ce qui l’intriguait tant : de cette vie de famille turbulente et enjouée, de cette vie de laquelle il était exclu. « Aedan, vos coudes ! » et il obéissait toujours, ôtait ses dits coudes de la table. « Aedan, ne redîtes plus jamais cela, enfin ! Vous n’êtes pas digne de votre père ! » Et il se taisait. Toujours. Pas un mot plus haut que l’autre. Jamais. Il ne réclamait jamais les attentions qu’on ne lui donnait pas spontanément. Il se faisait discret, tout petit. S’il était heureux ? Bien sûr, il ne pouvait en être autrement. Qu’on ne l’aime pas ? Mais qui pourrait bien penser une chose pareille ? Ils étaient juste un peu trop occupés, c’est tout…

    Alors depuis toujours, il se contentait d’être l’enfant modèle et sage, trop poli pour être honnête. Aedan, s’il n’était pas premier en tout, était alors le second. Mais il visait toujours au plus haut : il ne voulait surtout pas donner de soucis à sa famille, bien trop occupée ailleurs pour s’occuper de lui. Et plus il grandissait, plus tout cela devenait intolérable. Plus il grandissait, plus il avait soif d’amour et d’affection. Plus il grandissait, plus son égo s’étalait, l’enveloppant dans une sphère noire de possessivité et d’insatiabilité.

    Il finit par haïr ce frère qu’il prenait jadis comme un exemple : ce frère qui ne le regardait qu’avec le plus grand mépris. Il finit par haïr cette mère qui ne l’avait jamais regardé autrement que comme l’accident qu’il était, qu’il avait toujours été. Ce gosse en retard, pas vraiment souhaité. Et son père… son père qui se fichait de tout, sauf de lui-même. Ainsi, sa vie d’aristocratique se dessinait déjà dramatique.

« I’m still alive but I’m barely breathing »
@the script - breakeven

    Et il y avait ce garçon là, et cette petite fille. Tous les trois, c’était à la vie à la mort. Ils ne comptaient plus les heures passées ensemble, les bêtises et les rires, les pleurs parfois. Mais ils ne vivaient pas pour le passé, ni pour l’avenir d’ailleurs : de toute façon, il était déjà tout tracé. Ce serait Eux, pour toujours. Le reste importait peu. Ils s’étaient trouvés un peu par hasard. Le jour, l’heure ou la saison. Tout cela semblait si flou. Aedan ne voyait qu’eux. Mais s’ils avaient su alors, que rien ne durait, s’ils avaient su que la vie n’apportait que de très rares satisfactions, et bien plus d’épreuves alors… peut-être qu’ils auraient envisagé les choses autrement. Peut-être n’auraient-ils pas rêvé autant. L’espoir serait resté mince et peut-être, aurait-il accepté bien plus facilement l’idée qu’un jour, peut-être, ils pourraient être séparés. Oui. Peut-être. Mais ça, non, jamais ils n’y avaient pensé. C’est qu’ils s’aimaient tant, alors… les autres, le futur… quelle importance ?

    Aislinn O’Brian. Physiquement, elle était la copie conforme d’Aedan : grande, mince et blonde, ses yeux saphirs ravissaient tous les petits garçons alentours. Ceux qui avaient la chance de croiser son regard bleu et Merlin seul savait comme ils étaient rares. Elle n’avait pas grandi seule dans les entrailles de sa mère, mais son frère jumeau lui avait donné tout le souffle de sa vie. On la pensait trop jeune pour comprendre, trop jeune pour s’en vouloir. Mais ce n’était pas le cas. Aislinn était aussi fragile qu’elle était belle, et craignait plus que tout au monde de blesser un être cher : elle vivait entourée d’un halo de culpabilité, et s’était un jour promis de faire le bien tout autour d’elle. Car pourquoi avait-elle eu le droit de vivre, alors que lui n’avait jamais pu goûter à l’air piquant du bord de mer de son Irlande natale ? En même temps que son jumeau, était mort les grands espoirs. Etait mort la promesse d’une vie heureuse. Ils avaient à peine 12 ans, qu’un jour Aislinn prit à part Aedan. Elle avait dans les yeux une lueur malicieuse :« Je dois te dire un secret… » Avait-elle chuchoté dans le creux de son oreille, alors qu’ils s’étaient cachés derrière un buisson, au bord du chemin sur lequel ils marchaient quelques minutes plus tôt. Lui l’avait regardé sans comprendre, n’essayant toutefois pas de cacher son empressement : un secret ? « Je te fais confiance. Tu le dis à personne ! Jamais ! Tu promets ? » Aedan, silencieux, avait acquiescé d’un simple hochement de tête. La petite, rassurée, s’était détendue, et sans lui lâcher la main, s’était à nouveau penchée sur lui, un doigt sur les lèvres et un air de conspiratrice sur le visage. « Je suis amoureuse de Aelis. » Qu’auraient-ils dit alors, s’ils avaient su qu’ils signaient là leur arrêt de mort ? De souffrances ? De malheur. Ils ne savaient pas. Ils étaient si jeunes, trop jeunes. L’amour, la douleur, le désespoir… ils étaient si jeunes et tous ces mots semblaient si abstraits, même pour elle, qui avait déjà tant souffert. « Amoureuse ? Pourquoi… ? » Avait-il babillé, maladroitement. Aedan ne s’était pas senti ridicule à ce moment là, même lorsqu’elle avait éclaté de rire, et l’avait serré dans ses bras. Il ne s’était pas senti ridicule car il ne sentait plus rien. Elle n’avait pas cessé de rire mais lui… lui n’écoutait plus. Ils avaient marché encore, il ne savait plus où. Mais Aislinn s’était vite inquiétée de cette absence : elle avait pourtant l’habitude du comportement parfois étrange d’Aedan. Il avait tout du parfait petit garçon, bien élevé, poli à outrance. Ils étaient deux à connaître son extrême fragilité, sa particularité à se perdre dans les méandres tortueux d’un esprit un peu trop compliqué. Ils étaient deux encore, bien que leur temps soit déjà compté.

    La petite fille, déjà si grande, l’avait laissé devant chez lui. Ils avaient à peine échangé quelques mots. A peine un « aurevoir ». A peine un « à demain ». Elle l’avait laissé, un peu inquiète, mais le cœur léger d’avoir enfin pu avouer à quel point elle aimait Aelis. Aelis…

    Il était le troisième. Le parfait contraire d’Aedan, aussi démoniaque que le blondinet était angélique. Aussi ouvert, aussi rebelle qu’il était poli. Aelis qui avait toujours eu le don de révéler les côtés plus obscurs d’Aedan. Qui avait toujours eu le don de le libérer, de lui permettre d’oublier, un peu, ses soucis de faiblesse et son égoïsme qui le taraudait tant. S’il aimait tendrement Aislinn, si elle était pour lui la sœur qu’il n’avait jamais eu, Aelis lui, était cet ami, ce garçon, qui lui permettait de survivre. La tête dans les mains, Aedan sentait son cœur se gonfler de tristesse et de honte. Il ne parvenait pas à trouver l’origine de toute cette souffrance. Il avait atteint sa chambre aussi vite qu’il l’avait pu. Il était jeune alors. Bien trop jeune pour cela… il ne savait pas encore ce qu’était qu’aimer, il n’était même pas sûr d’en être capable. Alors était-ce cela ? Etait-ce cela, ce sentiment, cette douleur qui lui étreignait l’âme, le cœur, les tripes ?

    L’amour n’était que souffrance. C’était tout ce qu’ils étaient censés retenir de leur enfance. Tous les trois, aussi unis et amoureux qu’ils l’avaient toujours été. Tous les trois, ils ne seraient bientôt plus que deux. Plus un fantôme. S’ils avaient su alors… quatre ans après, Aislinn rejoignait ce frère jumeau, pour qui elle avait enduré sans rien dire toute la peine de vivre.

« Here by my side, you are destruction »
@mathew good band - weapon.

    Quatre années s’étaient écoulées. Quatre longues et lentes années. Ce qu’il y avait à en dire ? Rien. A en retirer ? Dix ou vingt sorts à jeter, des cours potassé, et une buse obtenue haut la main. Rien dont il devait se souvenir, absolument rien. Il était peut-être un peu plus distant encore. Un peu plus mature, plus grand. Mais n’était-ce pas normal puisqu’il avait grandit. Réellement. De partout. Il avait oublié déjà, ce qu’était qu’être un enfant. L’avait-il seulement jamais su ? Oui, sans doute. Lorsqu’il était avec eux. Avec ces deux là, et nul autre. Car on murmurait beaucoup sur le passage d’Aedan : ce petit fils de bonne famille, qui vouvoyait les inconnus et levait son petit doigt lorsqu’il tenait son verre. Cet élève studieux qui prêtait ses notes sans broncher. On le trouvait gentil, parfois même jusqu’à en devenir insupportable. Il souriait beaucoup, aussi. Il paraissait si agréable, si angélique parfois, lorsque ses grands yeux bleus plongeaient dans les vôtres ou qu’une mèche de ses cheveux blonds se perdait devant son regard. Il était, en tous les cas, aussi inaccessible qu’un ange… bien que la comparaison ne pouvait que se limiter à son physique. Car il n’était ni assez gentil, ni assez généreux pour ressembler à ces êtres purs et ailés. Aedan était d’un égoïsme sans borne, étouffé par sa soif d’affection et d’amour, par sa possessivité intense et aussi violente que pouvait l’être ses sentiments. Il n’y avait qu’à eux, qu’il n’avait jamais fait peur. A eux…« Aedan… » avait-il dit. Il le sentait là, dans son dos, alors qu’il s’était assis sous un arbre, à la recherche d’une paix qu’il ne trouverait plus jamais. Car eux, n’étaient plus. Il ferma les yeux, espérant peut-être chasser cette douleur intense, et cuisante, qui jamais sans doute, ne s’effacerait entièrement. Il ne se retourna pas, ne le regarda pas. Il avait si peur de sentir son cœur déchirer sa chair, lorsque leur regard se croiserait. Ce n’était pas le moment. Ca ne le serait plus jamais. Aislinn était morte.

    Aedan s’était levé à présent, et il lui faisait face. A ce démon sorti tout droit des Enfers. Il n’avait jamais peur de rien, semblait-il. Il était si fort et courageux. Il était tout ce qu’Aedan n’était pas. Froid et chaud, Enfers et Paradais, Ange et Démon. Ils n’avaient rien en commun, sauf ce petit bout de beauté et de calme qu’était la petite moldu, qui un jour comme un autre, avait décidé de mettre un terme à sa vie. Sa mélancolie sans doute, l’avait rattrapé. Mais que penser, à part que tout cela était simplement injuste ? Elle, si parfaite. « Aelis. Elle n’est pas morte, hein. Je veux dire… pas vraiment… c’est impossible non ? Ou on serait mort aussi. Tu ne crois pas. » Ce n’était pas une question, car la réponse n’était que trop évidente : ils avaient 16 et 17 ans, et étaient morts à la minute ou leur petite protégée avait soupiré pour la dernière fois. Au moins n’avait-elle plus à se sentir coupable… au moins était-elle libre, à présent. Et heureuse ? Il osait même l’espérer, lui l’ange froid et qu’on disait sans cœur. Ce qu’il vit dans les yeux d’Aelis à ce moment, ne lui plu pas. Il ne comprit pas, pour la première fois de sa vie, ce qu’il lisait dans le regard de son ami bien-aimé. Trop aimé. Lui qui connaissait les sentiments d’Aislinn pour ce démon aux yeux noirs, ne pouvait que s’en vouloir… « Aedan… » Chuchota encore une fois Aelis. Et ce fut une fois de trop. Peut-être n’y avait-il rien à dire, oui, peut-être. C’était comme cela, ils n’étaient plus que deux à présent, ils n’étaient plus rien du tout même. Mais son prénom qu’il récitait comme une litanie depuis son arrivée lui faisait battre le cœur à lui en briser les côtes. Et il avait mal. Beaucoup trop mal… « Tais-toi. » avait-il simplement chuchoté, avant de baisser les yeux et de serrer les poings. « Tais-toi… » Il n'avait pas le droit d'avoir tant d'empire sur son coeur.

    « Aedan. Elle m’a dit qu’elle était amoureuse de moi. »

    Et l’ange releva instantanément la tête vers le démon. Un nœud se forma dans sa gorge, et s’il avait voulu parler en cet instant, il n’en aurait été incapable. Mais son regard était éloquent : et alors ? Alors quoi ? Qu’avait-il dit puisqu’il elle était morte et qu’au contraire, elle aurait du rayonner à leur côté, elle, petite fille amoureuse depuis ses 12 ans. Aelis fit un pas vers lui, son regard s’était assombrit, et la vérité peu à peu, commençait à empoisonner le cœur et l’esprit d’Aedan. Les poings toujours serrés, il comprenait. Peu à peu… « Je ne sais pas pourquoi elle a réagit comme ça. J’ai rien pu faire. Elle était là. Elle pleurait et puis… » Il baissa les yeux. Son ami, devant lui, baissa le regard. Et c’était la toute première fois. « C’est… elle… elle t’aimait. C’est de ta faute. Elle est morte… C’est… de ta faute ! » Il aurait pu crier, hurler de tout son cœur. Mais non. Aedan dit ces quelques mots tout bas, tant ils lui paraissaient monstrueux et impropres. C’était lui le monstre, lui le traître. Lui qui avait trahi celle qui était comme sa sœur, et qui lui avait fait juré de ne jamais trahir son secret. C’était lui qui était tombé amoureux d’un Démon. Lui. Lui. Lui… Et son poing toujours fermé, vola jusqu’à ce qu’il se pose avec violence sur la mâchoire de son « ami ». Il ne pleurait pas, il en était incapable. Son cœur était aussi sec que ses yeux. « C’est de ta faute. » Mais il l’aimait tellement. De tout son cœur, et de toute sa p*tain d’âme de gosse pourri gâté. « Je te hais ». Il l’aimait tant.« Tu l’as tué. » Il lui avait offert la vie et le bonheur dont elle rêvait. Aislinn voulait aimer, plus qu’être aimé. Et Aelis avait toujours été là. Peut-être était-ce pour cette même raison qu ’Aedan était lui aussi, tombé sous son charme. Peut-être… mais il ne pouvait plus l’aimer. Il ne pouvait pas salir la mémoire de son adorée, de cette si jolie petite femme aux yeux bleus.

    « Je te hais. » S’ils avaient su, alors.



Dernière édition par Aedan W. Hennessy le Sam 14 Mar - 2:02, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedan W. Hennessy

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 29
VIP : 0
Date d'inscription : 12/03/2009
Age : 26
Nationalité : Irlandais
Pêché Capital : La Colère
Groupe : u.c
Musique : Matthew Good Band • Weapon

MessageSujet: Re: Aedan • and the wind in your wings blow them out   Jeu 12 Mar - 23:28

« Réalité »

    Avatar; Ryan Taylor ♥
    Pseudo; Muze.
    Prénom; Ophélie.
    Âge; 17 ans.
    Comment avez vous découvert le forum ? Et bien, vu que ce compte en est un double... ça me semble évident ('x
    Comment le trouvez vous ? Et bien... toujours aussi joli ma foi ♥
    Code; Ok by Cass



Dernière édition par Aedan W. Hennessy le Sam 14 Mar - 2:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Aedan • and the wind in your wings blow them out   Jeu 12 Mar - 23:36

Ahhhhhh Revienvenue à toi yeah
Bon courage pour ta fiche !
[Code bon]

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Aedan W. Hennessy

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 29
VIP : 0
Date d'inscription : 12/03/2009
Age : 26
Nationalité : Irlandais
Pêché Capital : La Colère
Groupe : u.c
Musique : Matthew Good Band • Weapon

MessageSujet: Re: Aedan • and the wind in your wings blow them out   Sam 14 Mar - 2:07


    Il me semble avoir terminé ♥ Le début est nul, un peu beaucoup, mais j'espère que ça ira tout de même ;___;

    Merci beaucoup, Zaaa ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique

Le Choixpeau a toujours raison

avatar

Nombre de messages : 768
VIP : 13
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 107
Nationalité : Aucune
Pêché Capital : Le Savoir
Groupe : Objets Magiques

More of me.
Patronus:
Orientation: Hétéro
Citations:

MessageSujet: Re: Aedan • and the wind in your wings blow them out   Sam 14 Mar - 12:21

C'était une fiche très agréable. Je dois avouer que parfois j'ai été un peu perdu car certains passages sont confus.
L'ange intelligent, un être paradoxal, gentil et égoïste, intelligent et froid, aimant mais aimé ?

S E R D A I G L E !

_________________
Cet avatar est la propriété exclusive de ce forum !
Merci de ne pas l'utiliser ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aedan • and the wind in your wings blow them out   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aedan • and the wind in your wings blow them out
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les faits et gestes des Wings.
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» Aedan
» Flyers/Red Wings
» Détroit Red Wings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The beginning. :: Nice to meet you... or not! :: Do what I say... You're my slave. :: R a v e n c l a w-
Sauter vers: